Gaz : une forte baisse du prix constatée sur le marché de gros

Énergie
2 min

Le prix du gaz naturel sur le marché de gros européen est à son plus bas niveau depuis le début du conflit russo-ukrainien. Les analystes font état d’une baisse de près de 50% en à peine un mois.

Quelles sont les raisons de cette baisse vertigineuse du prix ?

La baisse du prix du gaz est le fruit de plusieurs efforts combinés que l’Europe a entrepris en 2022. Il y a en premier lieu la course au remplissage des réserves qui est une complète réussite car la majorité des pays européens a dépassé les 90%. Selon le rapport publié par Gas Infrastructure Europe, les stocks de gaz européens s’élèvent aujourd’hui à près de 83,3%. Dans le détail, pour la France ils avoisinent les 84%, tandis que pour l’Allemagne, ils sont autour de 90%. Il n’y a donc pas besoin d’en acheter dans l’immédiat.

Les gestes de sobriété effectués par les ménages et les entreprises sur l’ensemble du continent ont également contribué à faire baisser le prix du gaz. 

On notera également le fait que l’automne a été très doux pour l’Europe, ce qui a favorisé la baisse de la consommation.

Concernant le prix du gaz, il est tombé à 73€ le 2 janvier, ce qui est très loin des 342€ enregistrés en été 2022. Cette baisse se répercute également sur le prix de l’électricité qui est descendu à 240€ à la fin décembre 2022, contre plus de 1 000€ le MWH (mégawattheure) en août 2022.

Ne passez pas à côté de la meilleure offre d’énergie et gaz, contactez-nous !
09 73 96 11 11

Service et appel gratuits du lundi au vendredi de 8h30 à 20h et le samedi de 8h30 à 15h

Service et appel gratuits du lundi au vendredi de 8h30 à 20h et le samedi de 8h30 à 15h

La situation n’est pas encore stable

La baisse du prix du gaz constatée sur le marché de gros ne se reflète pas directement sur les factures d’énergie des consommateurs car les fournisseurs lissent leurs tarifs afin d’être en mesure de faire face à d’éventuels changements de situation.

Bien que la situation semble aller pour le mieux, les analystes font appel à la prudence car le marché risque de connaître des chamboulements dans les mois à venir. L’évolution de la situation repose en grande partie sur les décisions du président russe Vladimir Poutine concernant les flux de gaz à destination de l’Europe. À noter que le Vieux Continent doit accumuler 30 milliards de m3 de gaz russe d’ici l’été pour échapper à une nouvelle hausse du prix.